6 mois - Traduire

L'UNESCO a reconnu ce jour (le 26 novembre 2014) le GWO KA comme patrimoine mondial de l'humanité.
Ainsi, le GWO KA a été inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Humanité.

Notre culture est belle et riche et U-P-E croit en une politique tournée vers la promotion de notre patrimoine culturel guadeloupéen.

Statut du 30/10/2014: Le «gwo ka» ou «gwoka» est né durant la période de l'esclavage. On retrouve ses racines dans les percussions et chants des pays de la côte ouest de l’Afrique (Golfe de Guinée, ancien royaume du Congo).
L'étymologie du mot serait la déformation créole gwo ka de gros-quart, la contenance usuelle des tonneaux à partir desquels les esclaves confectionnaient leurs instruments.
Au temps de l’esclavage, le gwo ka était utilisé par les esclaves, comme un moyen de communication, au même titre que le créole guadeloupéen.
Le gwo ka a survécu à la période post-coloniale, en s'affirmant comme première musique et danse de la Guadeloupe.
Aujourd’hui le Gwo ka est souvent joué:
- la nuit, lors de rassemblement populaire nommés « léwoz »;
Le gwo ka a un particularisme, à savoir que ce n’est pas le danseur qui suit la musique, mais la musique qui suit le danseur;
- durant le carnaval et d'autres fêtes;
- durant les rites funéraires, particulièrement, les veillées.
En 2013, le Comité du patrimoine du Ministère de la Culture et de la Communication a sélectionné le dossier de candidature du gwo ka pour l'inscription à la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Ce dossier sera examiné par le comité en novembre 2014.
U-P-E croit en une seule politique, celle tournée vers l'intérêt de la population guadeloupéenne, et de la culture guadeloupéenne

image